Risques psychosociaux et tabagisme

Risques psychosociaux et tabagisme

Les pratiques addictives ont des origines liées à la vie privée, mais aussi à la vie professionnelle. Certaines conditions de travail, comme les risques psychosociaux, peuvent favoriser le tabagisme et la consommation d’autres substances psychoactives.

1 travailleur sur 3 fume quotidiennement

Tous les salariés ne sont pas égaux face au tabagisme. Il apparait qu’il y a plus de fumeurs parmi les non diplômés que chez ceux qui ont fait des études supérieures. La prévalence chez les personnes sans emplois est particulièrement significative.

La corrélation est démontrée face aux risques psychosociaux (dont le stress fait partie). On la retrouve également dans les professions aux efforts physiques importants. C’est pourquoi on retrouve plus d’ouvriers fumeurs que de cadres.
Les secteurs professionnels les plus touchés sont la construction, l’hébergement-restauration et l’immobilier.

Les risques psychosociaux favorisent le tabagisme ou la rechute

Le tabagisme est souvent associé à la gestion du stress. Quand on fume une cigarette, on sent un soulagement immédiat lié à la suppression du manque. On a alors la fausse impression que le fait de fumer aide à calmer le stress.

Selon une étude de la cohorte CONSTANCES, le travail de nuit diminue les chances de réussite à arrêter de fumer et augmente le risque de rechute après le sevrage chez les femmes. On observe aussi que le contact quotidien avec le public et la sensation d‘isolement augmentent significativement la consommation tabagique.

Le tabac ne diminue pas le stress, il l’augmente

Cependant, le tabagisme a pour effet d’augmenter le niveau de stress et d’anxiété, d’autant plus qu’il crée une dépendance et un besoin d’assouvir le manque. La nicotine a seulement un effet apaisant immédiat sur la sensation de manque.

C’est un cercle vicieux. Plus on est stressé plus on a l’impression d’avoir besoin d’une cigarette pour se calmer. Et plus on fume, et plus on est stressé.
D’autre part, plus on fume, plus on absorbe de nicotine et plus on en est dépendant et plus il est difficile de décroitre sa consommation. C’est aussi une source de stress.

De nouvelles sources de stress font de plus leur apparition : approvisionnement, temps pour la consommation dans un espace dédié, effets néfastes sur la santé, peur du cancer. Le sentiment de culpabilité face à la dépendance, d’autant que les risques liés à la consommation sont connus et craint, peuvent également mener à la dépression.

75000 personnes meurent du tabac chaque année

Le tabac est la première cause de mortalité évitable en France. Il est responsable de cancers (61,7% des décès liés au tabac), de maladies cardiovasculaires (22,1%) et de pathologies respiratoires (16,2%). La fumée à elle seule contient 69 substances cancérogènes.

Faut-il prévenir les risques psychosociaux pour que les conduites addictives diminuent?
ou faut-il prévenir les conduites addictives pour diminuer les risques psychosociaux, dont le stress fait partie ?
Les deux mon capitaine !

Prévention et prise en charge : la clé du changement

La formation et l’information lié à l’usage du tabac, mais aussi à celui de l’alcool et autres substances est un premier pas dans la prévention des conduites addictives. Le rappel des risques lié à l’usage, des bénéfices du sevrage, et des aides disponibles permettent d’ouvrir le dialogue avec les salariés.

Etant donnés les liens avérés entre tabagisme et les risques au travail, une démarche de prévention semble tout indiquée en entreprise. L’INRS préconise d’inscrire les risques liés aux pratiques addictives (tabac, alcool, cannabis…) dans le DUERP.
Les consommations de substances psychoactives, même à faible dose, comportent des risques pour la santé et la sécurité des salariés.

La médecine du travail est un allié de choix dans la démarche de prévention. Dans le cadre des consultations, celle-ci peut d’ailleurs prescrire des traitements de substitution à la nicotine (TNS) aux fumeurs désireux d’arrêter de fumer.

Culture QVCT, toujours à vos cotés

Culture QVCT propose un accompagnement par le coaching pour permettre aux fumeurs de trouver leurs propres solutions face à leur gestion du stress et aux situations qui alimentent leur envie de fumer. Cet accompagnement peut être pris en charge par l’entreprise ou réalisé à titre privé.

    Culture QVCT propose également un accompagnement autour de la prévention des risques psychosociaux pour les TPE/PME, afin de les aider à remplir leur obligation légale sur le volet de la santé mentale de leurs salariés, dans le DUERP.

    Quelle que soit votre situation, n’hésitez pas à vous faire accompagner par des professionnels. Le premier pas vers le changement, c’est d’en parler.

      Les accompagnements de Culture QVCT


      Illustration d'une visio-conférence